Les cookies nous aident à fournir une meilleure expérience utilisateur. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Pression artérielle : information clinique utile ?

L‘importance de la mesure de la pression artérielle a été longtemps sous-estimée en médecine vétérinaire. La difficulté de la mesure de la pression artérielle sur un animal vigile a joué un rôle important dans la négligence de cet examen.

Connaître la pression artérielle de l’animal peut s’avérer d’une aide précieuse dans de nombreuses situations :

  • Dépistage de l’hypertension du chat âgé
  • Dépistage de l’hypertension associée à certaines pathologies chez le chien et le chat (cardiologie, néphrologie, hyper-thyroïdie, diabète, etc.)
  • Suivi de l’efficacité de traitements
  • En traumatologie (recherche de l’hypotension)
  • Monitoring de patients en chirurgie ou réanimation
  • Suivi post-chirurgical

Pratique : quelles méthodes de mesure ?

  • La méthode invasive : un cathéter installé dans une artère permet une mesure directe de la pression du sang

  • Les méthodes non-invasives (pour les anglophones, on parle aussi de NIBP, « Non-Invasive Blood Pressure ») : la mesure de la pression artérielle est faite indirectement. On installe un brassard sur un membre du patient, qui sera gonflé jusqu’à obturation de l’artère, puis dégonflé progressivement jusqu’à détection du pouls. Cette détection, et donc la détermination de la pression systolique, puis diastolique peut être réalisée de trois manières.

  1. A l’oreille, grâce à la méthode Doppler, qui permet de transformer les pulsations de l’artère en signal sonore

  2. En détectant simplement les vibrations dans le brassard (méthode pléthysmographique)

  3. Avec un appareil spécialisé dans l’analyse des oscillations de pression dans le brassard, qui les traduit en variations de pression artérielle pendant que le brassard est dégonflé progressivement (méthode oscillométrique)

Exemple : le PetMAP, solution de référence pour la mesure de la pression artérielle, utilise la méthode oscillométrique.

La mesure de la pression artérielle en 5 minutes !

 

Avantages et inconvénients des méthodes

 Précision de la mesure et comparaison :

Les valeurs mesurées sont forcément dépendantes de la méthode utilisée, du site de mesure, voire de la personne faisant la mesure.

Même en utilisant la méthode invasive, considérée comme la méthode de référence, le diamètre du cathéter aura une influence sur les valeurs mesurées, ainsi que le choix du site de mesure : patte avant, patte arrière, autre.

Avec la méthode Doppler, on a de plus une forte dépendance de l’observateur, puisque la détection du pouls se fait à l’oreille.

La méthode oscillométrique a l’avantage d’être la plus standardisée possible, mais les résultats obtenus sur un animal dépendront tout de même également du site de mesure et de la position de l’animal.

Tous ces facteurs font que pour faire des mesures fiables et efficaces, il faut effectuer les mesures toujours dans les mêmes conditions, et dans le cas d’un suivi d’un animal, toujours au même endroit. Il devient évident aussi que comparer directement des valeurs obtenues avec différentes méthodes et dans des conditions différentes ne présente aucun intérêt, à moins d’avoir fait au préalable un important travail d’analyse.

 Facilité d’utilisation :

En routine clinique, les méthodes non-invasives sont, bien sûr, les plus faciles à utiliser.

L’utilisation d’un Doppler, cependant, peut s’avérer compliquée avec un animal vigile : il faut tenir l’animal, s’assurer que le brassard reste en place, gonfler et dégonfler manuellement le brassard, le tout en écoutant le son produit par le flux sanguin et en surveillant la valeur de la pression sur le manomètre.

La méthode pléthysmographique est utilisée par des solutions globales de monitoring, donc forcément sur animal endormi. Sur animal vigile, un appareil dédié utilisant la méthode oscillométrique constitue le meilleur rapport qualité des résultats / facilité d’utilisation, si bien sûr il intègre une reconnaissance et gestion automatique des artefacts de mouvement.

 Astuce :

L’affichage des oscillations en temps réel (« enveloppe oscillographique ») permet de reconnaitre facilement les artefacts de mouvement mais également de savoir si les conditions de mesure sont bonnes.

 Coût :

Un appareil dédié utilisant la méthode oscillométrique et incorporant des algorithmes dédiés de correction des artefacts, ainsi que d’autres fonctions avancées, sera forcément plus onéreux qu’un simple Doppler. Quant à une solution de monitoring, le coût dépendra des fonctionnalités proposées.

En résumé :

Doppler :

  • Mesure de la systolique uniquement
  • Méthode fiable et peu onéreuse mais pas simple à utiliser
  • Standardisation de la méthode très dépendante de l’opérateur

Oscillométrie :

  • Choisir un matériel développé pour l’usage sur l’animal indispensable (appareils de médecine humaine inadaptés) :
    • Besoin d’une grande sensibilité pour les tout petits (Détections d’oscillations faible)
    • Besoin de technologie intégrée pour détecter les artéfacts de mouvement : dégonflage par étape avec contrôle de la fréquence régulière des pulsations)
    • Visualisation de l’enveloppe oscillométrique pour s’assurer que le brassard est bien positionné et que les résultats sont calculés sur une détection efficace des pulsations
    • Temps de mesure court pour ne pas stresser l’animal

Pléthysmographie :

Uniquement en monitoring sur animal anesthésié. 2 brassards au lieu d’un mais la garantie de mesures fiables même sur les tous petits.

A vous de choisir la méthode la plus adaptée à votre activité vétérinaire ! 

Découvrez l'ensemble de nos solutions de pression artérielle

Newsletter
Suivez-nous !