Les cookies nous aident à fournir une meilleure expérience utilisateur. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Les longueurs d'onde : 

  • 640 nm

Superficiel                        
Photocoagulant 
Anti œdémateux

  • 810 nm 

Profond            
Production d’ATP (énergie, anti-inflammatoire)
Régénération des muscles et tendons

  • 980 nm :

Profond    
Production d’ATP
Libération O2 combustible 
Antalgie
Absorption optimale de l’eau et forte absorption par l’hémoglobine
Action sur le système nerveux périphérique (type Gate Control) 
Chaleur

Généralités sur la mise en place du traitement :

Poils propres : si nécessaire et si possible, couper les poils (50 à 90% peut être absorbée par les poils).
La couleur du poil et de la peau est importante car la mélanine absorbe la lumière de petite longueur d’onde.
Couvrir une large zone avec mouvement continu et contrôle de la température de la zone avec l’autre main. 
Appliquer de proximal à distal
Positionner l'animal de manière confortable avec un accès à la zone de traitement.
S'équiper de lunettes de protection.

  • Deux techniques, sonde perpendiculaire à la zone :
  • Point to point pour les lasers à faible puissance mais cela prend du temps.
  • Scanning fashion
  • Deux méthodes d'application de la sonde
  • Contact : plus profond via la compression des tissus + massage mais parfois cela peut engendrer de la douleur (blessure, proémincence osseuse...)
  • Sans contact (blessure)

Téléchargez notre guide

Effets biologiques : analgésie

  • Action sur la transduction du stimulus par les nocicepteurs

La lumière laser relève les potentiels d'action des terminaisons nerveuses endommagées, ce qui rend leur dépolarisation plus difficile.

  • Action sur la transmission de l’influx nociceptif

Le laser semble ralentir la conductibilité́ de l’influx douloureux diminuant ainsi l’intégration des messages nociceptifs au sein de la moelle épinière (Cambier et al., 2000). Le laser semble également agir en aval de la moelle épinière, au niveau de la transmission synaptique du message douloureux en diminuant la libération synaptique de la substance P (principal médiateur de la transmission du stimulus nociceptif) (Poitte, 2013).

  • Action sur la modulation de l’influx nerveux

D’une part, le laser provoque une réponse opioïde. Ainsi, une augmentation significative du taux d’endorphine dans le sang est observée après une thérapie laser (Laasko et al., 1994). D’autre part, le rayonnement laser agirait préférentiellement sur certaines fibres nerveuses provoquant des effets inhibiteurs sur les neurones activés par les stimuli nociceptifs (Poitte, 2013).fet biologique : réduction de l’œdème et de l’inflammation

Réduction de la douleur : 
applications
Polyneuropathie périphérique
Tensions musculaires
Douleurs traumatiques et postopératoires 
Syndrome cervical et lombaire 
Névralgie faciale 
Paralysie faciale 
Alternative pour les aiguilles d’acupuncture

 

Effets biologiques : réduction de l’œdème et de l’inflammation

  • Diminution du nombre de polynucléaires sur le site de l’inflammation et stimulation de leur action phagocytaire ainsi que celle des macrophages (Poitte, 2013).
  • Diminution de la concentration de cytokines pro-inflammatoires (interleukines 1 et 6 ...) (Ma et al., 2012).
  • Diminution du taux de prostaglandines E2 (Poitte, 2013).
  • Vasodilatation augmentant la microcirculation et la dilatation des vaisseaux lymphatiques. Ces effets permettent une action anti-œdémateuse ainsi qu’une meilleure élimination des déchets et des résidus acides (Poitte, 2013).
Réduction de l’œdème et de l’inflammation : 
applications
Folliculite, abcès, furoncle
Dermatose virale
Tendinopathies, desmopathies
Tonsillite, otite, rhinite
Stomatite
Sepsis
Lympoedème post-thrombotique et post-opératoire
Lympho-oedème chronique
Oedème post-traumatique
Hématomes 
Contusions …

 

Effets biologiques : cicatrisation tissulaire

  • Phase inflammatoire/détersive

Elle est accélérée via la modulation de la réponse inflammatoire, la stimulation de l’activité́ phagocytaire des macrophages et des polynucléaires neutrophiles et l’augmentation de l’expression de certains facteurs de croissance.

  • Phase proliférative

Le rayonnement laser aide à la formation d’un tissu de granulation via l’augmentation de la prolifération des fibroblastes accompagnée d’une augmentation de leur activité de synthèse du collagène. Il améliore la néo-angiogenèse locale, aide à l’épithélialisation via une stimulation de la prolifération et de la mobilité́ des kératinocytes et enfin aide à la contraction via une augmentation des myofibroblastes.

  • Phase de remodelage

Via des mécanismes encore non expliqués.

Promotion de la guérison de la peau, des muscles, des tendons et ligaments… : 
applications
Cicatrisation améliorée (posttraumatique/postopératoire)
Ulcères, lésions de décubitus
Stomatites, ulcères de la gencive
Brûlures
Rupture de fibres musculaires, ruptures tendineuses
Lésions nerveuses (traumatique, inflammatoire)
Chondropathies
Arthrose
Fractures, troubles de l’os

 

Laser et ostéopathie :

Il est préférable de réaliser la séance de laser avant les massages.
Le laser va permettre de chauffer et de préparer le muscle au massage. Il va permettre de détendre la zone concernée et améliorer la vascularisation de cette même zone.
Le massage sera plus efficace et facilité par l’utilisation du laser. De plus, celui-ci permettra de drainer plus facilement les toxines et d’éliminer les impuretés.
Les deux méthodes sont réellement complémentaires.

 

Choix du protocole :

  • Profondeur atteinte

Il faut connaitre les longueurs d’onde disponible sur le laser afin de pouvoir comprendre la profondeur de pénétration. 
630 à 740 nm : peau et point d’acupuncture
750 à 1500 nm : ligaments, structure intra-articulaire, …
Pénétration : facteur difficile à évaluer avec précision.

  • Quantité de Joules délivrée

La puissance (mW ou W) doit être connue afin de déterminer l’énergie en J/s et la dose thérapeutique. 
Par exemple : un laser avec une P = 10 W délivre pendant 2 secondes continues une énergie de 20 J.
Mais en mode pulsé, 50% ON et 50 % OFF, donnera 10 J pendant 2 secondes.

 Votre laser Mano Médical intègre tous les programmes nécessaires pré-enregistrés !

 

Pour mieux effectuer vos traitements :

  • Blessure ouverte

Aide à la thérapie habituelle (AI, débridement)
Directement sur la plaie + tissus autour
1 fois / jour 7 à 10 jours

  • Plaie chirurgicale

Immédiatement après la procédure
Pas après retrait de masse pouvant être néoplasique car le laser favorise la prolifération cellulaire
Min. 3 fois / semaine 7 à 10 jours

  • Granulome de léchage

Source du granulome identifiée et traitée
Sur le granulome et au moins 1 cm de périphérie
Au début tous les jours
Jusqu’à guérison et repousse du poil

  • Ostéo-arthrose

Diagnostic précis nécessaire avant traitement pour être certain de la cause des douleurs
Analyse mouvement, échelle de douleur, score corporelle, ROM

  • Hanche

Articulation complètement traitée
Commencez avec le grand trochanter du fémur
Puis direction crânial, médial et puis caudal selon une zone circonférentielle
Souvent douleur lombo-sacrée associée donc ne pas hésiter à traiter le dos

  • Grasset

Commencez sur la patella et partez médialement ou latéralement afin de faire le tour
Le ligament patellaire peut être traité 
proximalement et distalement
Pour les RLCCR, douleurs dans les muscles donc traitement également

  • Jarret et extrémité digitée

Commencer au niveau de la pointe du jarret
Prendre en compte l’anatomie du jarret et bien veiller à traiter l’ensemble ainsi que le tendon calcanéen
Traiter les doigts séparément si possible

  • Epaule

Commencer au niveau du tubercule de l’épine scapulaire et tourner autour de l’articulation
Parfois tendon du biceps est touché
Traiter les cervicales et les muscles cervicaux en plus

  • Carpe et extrémité digitée

Commencer au niveau de l’os pisiforme
Bien veiller à faire la totalité de l’articulation
Traiter chaque doigt dorsalement et palmairement
Pour les RLCCR, douleurs dans les muscles donc traitement aussi

  • Colonne vertébrale cervicale

Peut être traitée entièrement depuis le processus 
occipital jusqu’aux thoraciques
Traiter les muscles juxtavertébraux

  • Colonne thoracique

Traiter la zone en commençant par placer le laser sur les vertèbres puis traiter les zones à côté (muscles y compris)

  • Colonne lombaire

Idem

  • Post-chirurgie 

Contrôle de l’œdème 
Cicatrisation plus rapide

  • Blessure musculaire, tendineuse, ligamentaire, cutanée

Gestion et réduction de la douleur ainsi que de l’inflammation
Amélioration de la guérison 

  • Déchirure et élongation 

Réduction de la douleur et de l’inflammation 
Amélioration de la récupération 

  • Dommages du système nerveux

Croissance neuronale
Gestion de la douleur 

  • Arthrose 

Réduction de la douleur 
Réduction de l’inflammation 

  • Otite

Aide à la réduction de l’inflammation en plus d’une thérapie classique

  • Granulome de léchage 

Améliore la guérison cutanée 
Aide à l’arrêt de l’irritation 


Contre-indications :

  • Yeux 
  • Glandes thyroïdes ou thymus 
  • Médicaments photo-sensibilisants
  • Testicules ou processus gravidique 
  • Processus néoplasiques (sauf si protocole adapté) 
  • Saignements 
  • Plaque de croissance 
  • Ne pas utiliser de bétadine avant l’application du laser 

Quelles fréquences et quelles durées pour quels traitements ?

Arthrose

3 fois la première semaine

2 fois la deuxième semaine

1 fois la troisième semaine

Puis un traitement toutes les 3 à 5 semaines suivant les résultats obtenus

Plaies et cicatrisations difficiles 1 fois tous les 3 à 4 jours puis adapter la fréquence en fonction des résultats  jusqu’à cicatrisation complète
Douleurs articulaires 1 fois tous les 3 à 4 jours puis adapter la fréquence en fonction de l’intensité de la douleur et de l’efficacité du traitement
Gingivo-stomatites 1 fois par jour pendant 2 à trois jours puis  tous les 3 à 4 jours
Cicatrisations post-chirurgicales  

1 fois immédiatement après la chirurgie

1 fois au changement de pansement 

1 fois lors du retrait des fils 

(visite de contrôle)

Autres traitements D’une manière générale, tout traitement d’un problème aigu justifiera une fréquence de traitements plus élevée (plusieurs fois / jour   si nécessaire) en utilisant des puissances plus basses.
Le traitement d’un problème chronique se fera à l’inverse avec une puissance plus élevée et une fréquence moins importante

 


Notre accompagnement : 

Profitez de nos webinaires et formations à distance animées par des vétérinaires spécialistes !


Consultez le programme de nos prochaines web-conférences 

 

Promotion de la thérapie laser dans votre Clinique :

Nous offrons aux cliniques équipées de nos lasers des supports de communication incluant des posters et des dépliants.

 

Découvrez notre LaserFlex LT16

Newsletter
Suivez-nous !

Assistance à la prise en main


Pour la prise en main de votre matériel, nous vous assistons à distance.

Contactez-nous !

+33 (0)2 96 85 53 40

Email 

Guide Pratique

Solutions de Financement 


Comment financer

vos investissements en matériel médical ?


Je découvre 

canin - équin